L’Atlas de la mortalité

Les causes médicales de décès constituent le socle des diagnostics santé en raison de leur disponibilité depuis de nombreuses années et de leur déclinaison possible à des échelons géographiques fins. L’Atlas de la mortalité en Normandie est composé des dernières données disponibles en matière de mortalité générale, de mortalité prématurée et de mortalité par grandes causes. Afin de prendre en compte la structure par âge et par sexe de la population normande, les indicateurs cartographiés sont des taux comparatifs de mortalité (cf. définition) permettant ainsi d’appréhender les notions de surmortalité ou de sous-mortalité par rapport à un échelon géographique de référence. Ainsi, ces indicateurs permettent de repérer les territoires pour lesquels, à structure d’âge et de sexe comparable, la situation en termes de mortalité est davantage dégradée.

 

Trois échelons géographiques normands sont proposés : les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) dans leur version « aménagée » (cf. définition), les territoires de démocratie sanitaire (cf. précisions géographiques pour les territoires du Calvados, de Diepped’Evreux-Vernon, de Le Havre, de la Manche, de l’Orne et de Rouen-Elbeuf) et le niveau régional présenté à l’échelle de la France métropolitaine Pour certaines localisations, l’analyse de la mortalité à l’échelle des EPCI n’est pas pertinente en raison des trop faibles effectifs concernés. Dans ce cas, une analyse à l’échelle des territoires de proximité est proposée (cf. précisions géographiques pour les territoires du Calvados, de Dieppe, d’Evreux-Vernon, de Le Havre, de la Manche, de l’Orne et de Rouen-Elbeuf).

 

La description de la mortalité présentée dans cet atlas a été réalisée au moyen d’une analyse statistique des causes de décès sur dix années s’échelonnant de 2004 à 2013. Le choix d’étudier une période de dix ans est dicté par la nécessité de disposer d’un nombre suffisant de décès pour obtenir une signification statistique, eu égard à la faible population concernée à l’échelon de certains EPCI ou territoires de proximité.

 

Mortalité toutes causes
Taux comparatifs de mortalité générale Hommes Femmes
Taux comparatifs de mortalité prématurée (0-64 ans) Hommes Femmes

 

Mortalité générale par causes (TCM)
Cancers Hommes Femmes
Cancer du poumon Hommes Femmes
Cancer des VADS (1) Hommes Femmes
Cancer du côlon-rectum Hommes Femmes
Cancer du sein Femmes
Cancer de la prostate Hommes
Cancer de l’utérus Femmes
eee 
Maladies de l’appareil circulatoire Hommes Femmes
Cardiopathies ischémiques Hommes Femmes
Maladies vasculaires cérébrales Hommes Femmes
 eee
Maladies de l’appareil respiratoire Hommes Femmes
 eee
Traumatismes et empoisonnements Hommes Femmes
Accidents de la circulation Hommes Femmes
Suicide Hommes Femmes
Chutes accidentelles Hommes Femmes

 

Mortalité prématurée par causes – avant 65 ans (TCM)
Cancers Hommes Femmes
Accidents de la circulation Hommes Femmes
Suicide Hommes Femmes
Liée à une consommation excessive d’alcool (2) Hommes Femmes
Evitable liée aux pratiques de prévention primaire (3) Hommes Femmes

 

(1) Voies aéro-digestives supérieures (VADS) : cancers de la lèvre, de la cavité buccale et du pharynx, de l’œsophage et du larynx.

(2) Cancers des VADS, cirrhose du foie et troubles mentaux et du comportement liés à l’utilisation d’alcool.

(3) Maladies dues au virus de l’immunodéficience humaine (VIH), cancer des lèvres, de la cavité buccale et du pharynx, cancer de l’œsophage, cancer du larynx, cancer de la trachée des bronches et du poumon, troubles mentaux et du comportement liés à l’utilisation d’alcool, maladie alcoolique du foie et cirrhoses du foie, autres et sans précision, accidents de la circulation, chutes accidentelles et suicides.

 

Vous pouvez aussi retrouver deux documents récapitulatifs de l’atlas de la mortalité en Normandie :

 

Définitions

 

Taux Comparatif de Mortalité (TCM) : taux que l’on observerait dans le territoire de santé, de proximité ou l’EPCI aménagé si ces différents échelons géographiques avaient la même structure par âge et par sexe que la population de référence (France métropolitaine RP2009). Les taux comparatifs de mortalité éliminent les effets de la structure par âge et par sexe et autorisent les comparaisons entre les sexes et les échelons géographiques.

 

Significativité des écarts constatés entre les taux comparatifs de mortalité ou les indices comparatifs de mortalité : afin d’affirmer l’existence d’une sous-mortalité ou d’une surmortalité significative dans les territoires de santé, de proximité ou les EPCI aménagés par rapport à la France métropolitaine, des tests de significativité ont été réalisés. Le test, qui consiste à comparer deux taux standardisés, est fondé sur la loi normale. La significativité prend en compte la taille des populations, ce qui explique par exemple que certains territoires peuvent avoir un test non significatif par rapport à la France métropolitaine, alors que leurs taux sont plus élevés que ceux d’autres territoires qui enregistrent pourtant un test significatif.

 

Etablissements publics de coopération intercommunale « aménagés » : pour rendre compte des disparités territoriales, les indicateurs proposés ont été calculés à l’échelle des EPCI sous une forme « aménagée » (EPCI 2015). En effet, quand cela a été possible, les EPCI regroupant une commune suffisamment peuplée (plus de 8000 habitants) ont été fractionnés. Ces EPCI sont des territoires hétérogènes qui combinent des zones plus ou moins favorisées et où la ville centre exerce un poids important au regard de l’EPCI (les indicateurs calculés pour l’EPCI sont alors proches de la situation de la ville-centre).
Sur les 164 EPCI normands, 27 ont été fractionnés amenant ainsi le nombre total d’EPCI aménagés à 261 territoires (dont 60 communes qui ont été isolées).

Actualités régionales



Actualités nationales